pourlescelibataires.com
Image default
Célibataire

Comment avoir confiance en soi en amour ?

La confiance en soi est quelque chose de très important souvent délaissé au profit des techniques de séduction.

Pourquoi ? Parce que la finalité, pour un homme, c’est de sortir avec la fille qu’il veut (ou de séduire tout ce qui bouge, c’est au choix), plus rarement d’être plus confiant et de rayonner de charisme.

Donc forcément, lorsqu’il s’agit de choisir entre travailler sa confiance en soi et appliquer des techniques de séduction toutes faites, la plupart des hommes choisissent bien vite.

Cela est très dommage parce que lorsqu’on a confiance en soi, on est naturellement beaucoup plus attractif, ce qui fait que sans technique de séduction stricto sensu, on arrive déjà à attirer des filles sans rien faire, par notre seule présence, grâce au charisme et à l’aura que l’on dégage.

C’est au final bien plus efficace et bien plus productif à TOUS les niveaux de commencer à travailler sur sa confiance en soi avant de travailler les techniques de séduction à proprement parler.

Alors, comment avoir confiance en soi en amour ?

L’amour de soi est la première étape !

Une règle de base vraiment primordiale pour tout homme souhaitant séduire une femme, c’est d’apprendre à s’aimer.

Oui, j’ai bien dit apprendre à s’aimer !

Retenez ceci : pour être bien avec les autres, la condition essentielle est d’abord d’être bien avec soi, et donc de s’aimer. C’est une règle immuable.

Si vous ne vous aimez pas, vous ne pourrez pas être heureux avec les autres sur le long terme.

Lorsqu’on fait dépendre notre bonheur de quelqu’un d’autre, tôt ou tard, on finit par payer les pots cassés.

Il est donc primordial de travailler sur soi, pour apprendre à s’aimer, avant même de commencer à aborder tout ce qui bouge.

Pour commencer à prendre confiance en vous, voici quelques conseils :

Arrêter de se victimiser

la victimisation est la pire des choses à faire pour être séduisant et prendre confiance en soi. Se considérer comme une victime, ça évite de se remettre en question et ça permet de remettre toujours la faute sur les autres : il est abject avec moi, elle est hautaine,… C’est toujours la faute des autres ! Or, cette attitude est la meilleure pour avoir une vie minable.

Une victime n’a rien de séduisant et rien de pire que quelqu’un qui se victimise, qui passe son temps à se plaindre pour que les autres lui portent de l’intérêt. Le problème c’est que dans ce genre de situation, c’est plus de la pitié qu’un réel intérêt. Il est donc nécessaire de se prendre en main, de cesser de se victimiser : « Je suis trop moche », « Je suis trop petit », « Je suis trop timide pour séduire ».

Tout ça, c’est du bullshit. On l’utilise presque tous à un moment, mais un beau jour on en a marre, et il est temps de dépasser ça, tout simplement. Lorsque notre vie ne nous satisfait pas, il est temps de se rendre compte qu’on est le seul responsable de la merde dans laquelle on s’est mis.

Il est important de se rendre responsable de nos actes.

Se responsabiliser, c’est avoir le contrôle de la situation, donc c’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle : si on fait de la merde, on a les résultats qui vont avec, si on fait les choses bien, on a aussi les résultats qui vont avec. En faisant cela, en adoptant ce point de vue, vous devez l’acteur de votre vie, le type proactif qui agit intelligemment et non pas le type réactif qui ne fait que réagir aux événements toujours de la même manière, avec des schémas pré-câblés.

Se mettre dans un état d’esprit positif

Un état d’esprit positif, ce n’est pas simplement voir que les bons côtés de la vie et ignorer les mauvais côtés. Cela va beaucoup plus loin que ça. C’est prendre conscience de ses pensées, éviter les sources négatives, s’entourer au maximum de positif, utiliser un langage adéquat, éviter certaines formulations.

D’abord, prendre conscience de ses pensées. Le meilleur pour cela, vous l’aurez deviné, c’est bien la méditation. Je dirais même plus, la méditation en pleine conscience. Celle-ci a pour effet de ramener à votre conscience l’ensemble des pensées parasites que vous avez au quotidien. Savez-vous combien de pensées on a par jour ? 60 000 ! Savez-vous que 90% d’entre elles sont les mêmes qu’hier ? Et oui ! Savez-vous ce que cela signifie ? J’imagine que oui.

Cela signifie que si vous avez des pensées négatives et que vous en êtes « l’esclave », ces pensées tournent en boucle jour après jour pour 90% d’entre elle.Dans cette situation, sachant que nos pensées deviennent la réalité, il est facile de comprendre que l’on se crée une vie pourrie en ressassant les mêmes pensées jour après jour. La pleine conscience est une solution à ça. Pour ce faire, il vous suffit de vous mettre au calme (c’est plus facile dans un premier temps), dans une position où vous êtes à l’aise.

A partir de là, votre unique objectif est de focaliser votre attention sur les allers et retours de votre respiration. Cela signifie que rien d’autre n’existe dans votre esprit : pas de téléphone, pas de musique (ou des musiques zen à la limite), pas de TV (surtout pas, même en temps normal en fait, on va y revenir). En clair : vous avec vous, c’est tout. Au passage, savez-vous pourquoi tant de personnes ne supportent pas la solitude ? Pour une raison très simple : les pensées tournent en boucle quand on s’ennuie, que c’est silencieux et qu’on est seul. Ca ressasse en permanence.

Donc si l’on est pas conscient de ce flux incessant de pensées et que l’on se laisse embarquer par elles, nos émotions s’emballent et… on part en sucette ! C’est là que la pleine conscience trouve tout son intérêt. Lorsque vous vous focalisez un certain temps sur votre respiration, vous allez constater à un moment que votre esprit est parti vagabonder ailleurs. Des pensées sont arrivées, un peu comme des nuages qui vont et viennent dans le ciel. Et toute la clé de la pleine conscience réside là ! Il ne s’agit PAS de ne pas penser en méditation, puisque ce n’est juste pas possible. Le fait même de vouloir ne pas penser vous fait penser. Paradoxal, non ? L’idée, c’est de vous focaliser sur la respiration (dans un premier temps), puis d’accepter les pensées dès qu’elles arrivent, mais SURTOUT de ne pas s’y attacher. Quand vous sentez que vous vous faites embarquer par une pensée, vous remettez votre attention sur le moment présent, sur votre respiration.

La pleine conscience, c’est juste ça, c’est ce va-et-vient permanent entre conscience et interruption par les pensées. L’idée est de simplement prendre conscience des pensées qui arrivent, de ne pas les considérer comme vraies mais juste pour ce qu’elles sont (des pensées parasites), et ne pas vous identifier à elles. Il est primordial de comprendre que nous ne sommes pas nos pensées. Si vous écoutez vos pensées, vous avez à faire à un dialogue intérieur incessant et vous allez devenir fou et malheureux. Vous serez dominé par votre propre mental, ce serait dommage, non ? Apprendre à repérer cette voix intérieure est l’une des choses les plus importantes dans la quête de l’amélioration de soi, puisque cela permet de dépasser tout ça.

Ensuite il s’agit d’éviter les sources négatives qui vous entourent. Cela concerne beaucoup de choses selon votre environnement : la télévision, les journaux, les gens négatifs, toxiques. J’aime bien donner des exercices afin que vous ayez un retour sur investissement de la lecture de mes articles : prenez un carnet et prenez le temps sur une journée de noter l’ensemble des choses négatives. A la fin de la journée, votre objectif est de recenser tout ce que vous avez constaté de négatif dans votre journée. Que ce soit des nouvelles négatives à la TV, quelqu’un qui vous a pris la tête, une remarque désobligeante. Notez TOUT, cela vous permettra de constater à quel point le négatif envahit votre vie.

Avez-vous vraiment envie d’être influencé par cet amas de négatif sans l’avoir choisi consciemment ? Personnellement, ça ne m’intéresse pas. C’est à vous de décider en fonction de ce que vous avez relevé. Arrêter la TV pour entamer une diète médiatique, se séparer des personnes toxiques, moins voir ce type de personne, c’est à vous de voir ce que vous allez décider en fonction de la part de négatif dans votre vie. Mon meilleur conseil est de réduire à néant cette part de négatif et de remplacer ça par du positif : des personnes positives et motivantes qui ont la même vision que vous, du contenu informatif positif et de qualité tel que les conférences TED, les chaînes YouTube de développement personnel, les livres de non fiction de grands auteurs… Tout cela va permettre à votre esprit de switcher du négatif au positif.

En effet, lorsqu’on évince la TV, qu’il n’y a plus ou peu de personnes toxiques dans notre entourage et qu’au contraire on lit et regarde des choses positives et qu’on a autour de nous des personnes funs, intéressantes, ambitieuses et positives, ça change complètement l’état d’esprit. Et c’est exactement ce dont vous avez besoin.

Ensuite il s’agit d’utiliser un langage adéquat, que ce soit avec soi ou avec les autres. Les phrases telles que « Oh mais que je suis bête », « C’est pas possible d’être aussi bête », « Je fais vraiment de la merde en ce moment ». C’est fou de se parler comme ça, vous ne trouvez pas ? Moi si.

Je vais vous dire une chose, que vous pouvez graver dans votre cerveau de la même manière que ça s’est gravé dans le mien quand je l’ai entendu. Vous osez dire des choses à propos de vous-même que vous n’oseriez même pas dire à votre pire ennemi !

Tous les jugements que vous proférez à votre égard dès que vous faites une bêtise, que vous oubliez quelque chose, sont extrêmement violents envers vous au niveau verbal. Quand on ajoute à ça des pensées négatives automatiques auxquelles on accorde du crédit, il n’y a rien d’étonnant à avoir une confiance en soi proche du vide intersidéral.

Apprenez à vous « parler mieux », avec des phrases telles que « Je ferai mieux la prochaine fois » ou encore « Ca arrive même aux meilleurs ». Je vous rappelle que l’on est la personne la plus importante de notre vie, alors autant bien se parler, qu’en pensez-vous ? Enfin, je vous suggère d’éviter certaines formulations. Tout ce qui sonne comme une contrainte est à éviter « Je dois », « Il faut ». Tout ce qui est en formulation négative est à bannir « C’est pas mal », « Ne fais pas ça », « Je ne veux plus être stressé », « N’aie pas peur ». Le cerveau ne connaît pas le négatif, tout ce que l’on va formuler en négatif doit être évité. On peut toujours remplacer une phrase négative par quelque chose de positif. Tout ce qui implique la généralisation « Tu es toujours en retard », « Tu ne fais jamais rien », « Il faut toujours qu’on t’assiste », « Tu ne m’écoutes jamais ».

Alors ça, c’est terrible. C’est insupportable d’entendre de telles phrases et c’est bien pour ça qu’il est absolument primordial d’arrêter de les utiliser. Généraliser le comportement de quelqu’un, c’est le meilleur moyen que ça devienne vraiment une réalité.

La personne va faire tout pour coller à notre vision inconsciemment. On lui dit « Tu es toujours en retard » donc forcément, pour coller à cette étiquette, la personne va renforcer cet état de fait. C’est ce qu’on appelle une prophétie auto-réalisatrice, au même titre que « Je vais échouer ». On le dit, on le sent, et forcément on échoue, pas d’alternative possible puisqu’on en est persuadé. Et ensuite on se justifie « Je le savais que j’allais échouer », sauf que c’était une évidence puisqu’on s’est conditionné à échouer et on a tout fait pour rater, sans même nous en rendre compte.

Travailler son intelligence émotionnelle

L’intelligence émotionnelle est la capacité à gérer nos propres sentiments et émotions et ceux des autres. Lorsqu’on a une forte intelligence émotionnelle, on a une bonne capacité de compréhension de nos propres émotions, une maîtrise de celles-ci, on comprend les émotions de l’autre et comment y réagir. Cela nous permet de mieux interagir avec les autres et de mieux les influencer (c’est là que c’est proche de la séduction), et nous rejoignons là le domaine de l’intelligence sociale. Pour augmenter son intelligence émotionnelle, il est bon de commencer par la conscience de ses émotions. Cela passe par l’auto-observation, d’où la pratique de la pleine conscience qui va vous permettre de cerner ce qui se passe en vous. Ainsi, vous devenez conscient des émotions qui émergent en vous et de vos réactions face à celles-ci.

Par exemple, si vous abordez une fille dans la rue et qu’elle vous rejette, vous pouvez être submergé par la tristesse et vous bloquez, vous ne savez plus quoi répondre : c’est la paralysie de l’action. Par la suite, il sera bon d’apprendre à les maîtriser, les gérer. Pour ce faire, rien de tel qu’une bonne série de respirations profondes. Il est primordial de comprendre que l’on a un temps de latence entre un événement et la réaction. Nous sommes les seuls à pouvoir faire ça.

Nous ne sommes pas définis par les événements mais par nos réactions face à ceux-ci. Donc si vous êtes rejeté par une fille, vous avez un temps de latence pour choisir quoi faire : s’énerver, la remercier, sauver la face… Vous avez la possibilité de choisir votre réponse, nous ne sommes pas (entièrement) conditionnés comme les chiens de Pavlov. C’est bien pour ça qu’on a le CHOIX de notre réaction face à une émotion qui arrive. Le mieux est de respirer profondément avant de répondre.

Enfin, je vous conseille de travailler votre empathie. L’empathie est cette capacité à percevoir les émotions et sentiments des autres, les comprendre en se mettant à leur place. C’est donc un formidable outil pour se sentir lié aux autres. L’empathie ça passe d’abord et surtout par la capacité d’écoute active, à savoir cette façon d’écouter les autres VRAIMENT sans chercher à répondre, mais en cherchant à les comprendre.

Que ce soit en faisant des « oui » de la tête, des « Mmm », en faisant des reformulations pour être sûr d’avoir bien compris, en posant des questions pour préciser la situation, tout est bon pour travailler votre sens de l’écoute active. C’est un formidable outil qui va changer vos relations.

Prendre conscience de ce que vous valez

Pour avoir confiance en soi en amour, il est absolument nécessaire d’éviter de placer les filles sur des échelles de valeur. Si vous commencez à placer les filles belles sur un piédestal, cela ne va pas le faire ! Vous vous mettez déjà en position de faiblesse par rapport à la fille en question, au sein même de votre esprit.

En clair, si quand vous voyez une bombe, vous vous dites qu’elle est trop belle et inaccessible, alors c’est SÛR que vous la rendez comme telle inconsciemment, par vos actions, par vos gestes. Vos pensées deviennent votre réalité.

Prenez conscience que vous définissez vous-même ce que vous valez, et ça, personne ne veut vous l’enlever.

Pour ce faire, il faut déjà refuser toute catégorisation par les autres « Tu es trop timide pour aborder », « Tu manques de charisme », « Tu n’es pas assez beau ».

Si vous vous laissez définir par les autres, c’est terminé, vous allez passer une vie pourrie gouvernée par des croyances projetées par les autres que vous n’avez même pas choisi, ce serait dommage, non ?

Prenez un carnet et prenez le temps d’écrire qui vous êtes, vos qualités et ce que vous valez.

Ensuite, comme vous avez probablement une croyance limitante par rapport à la séduction parce que vous pensez que vous ne pouvez pas séduire tel type de fille qui est trop difficile à avoir, vous avez besoin de faire sauter ce verrou.

Considérez que toute fille est accessible et que, si vous persévérez, vous avez la possibilité de séduire la fille que vous voulez. En effet, prenez le temps de penser à cela : qu’est-ce qui vous fait penser que vous n’en êtes pas capable ? Toutes les raisons qui viennent à votre esprit au moment où vous lisez cette question, c’est du pipeau !
La vraie raison, c’est la peur. Ce n’est pas parce qu’elle est trop belle ou autre bêtise.

Vous avez juste une peur injustifiée et ça se règle très bien.

Prenez à nouveau votre carnet et notez toutes les croyances que vous pensez avoir en lien avec les filles et la séduction.

Par exemple, pour moi, l’une de mes croyances est « Aucune fille n’est supérieure à moi ». J’estime que cette croyance m’est utile et qu’elle ne me limite pas.

Je vous invite à faire le test en notant toutes vos croyances et SURTOUT : sur quoi sont-elles basées ? Demandez-vous vraiment quels faits sous-tendent vos croyances et si elles vous servent au quotidien. Ou, au contraire, si elles vous pourrissent la vie.

Si vous découvrez que telle croyance est injustifiée et qu’elle vous pourrit la vie, alors il ne vous reste plus qu’à la changer !

Et le mieux, c’est que vous n’avez besoin de rien pour ça, uniquement de le décider.

C’est ainsi que ça devient votre nouvelle réalité. Alors, elle est pas belle la vie, une fois que vous avez découvert ça ?
Ça ouvre le champ des possibles, n’est-ce pas ?

Vous devez ressentir une sensation de pouvoir, de contrôle de votre vie, là tout de suite, et c’est le meilleur cadeau que je puisse vous faire : vous faire comprendre que vous décidez de votre histoire, de l’histoire que vous allez vous raconter.

Soyez le scénariste de votre vie et créez-vous une vie au top, ça vaut le coup !

Entraînez-vous pour gagner en confiance

On ne va pas se mentir, la confiance en soi en amour, ça passe énormément par l’état d’esprit et il y a quand même une part évidente de pratique.

Voici 3 conseils de base pour vous entraîner dès maintenant :

  • Faites ce qui est difficile pour vous : ce dont on a le plus besoin de faire ans la vie, c’est ce l’on trouve difficile, ce qui nous fait peur. Et Ô magie, c’est ce qui produit le plus de résultats. Alors je vous invite à chercher les opportunités et vous entraîner. Toute opportunité est bonne à prendre, et les opportunités sont strictement partout, gardez-le en tête ! Dit autrement, sortez de votre zone de confort, cette zone où vous faites uniquement des actions qui vous rassurent, qui sont sûres, non challengeantes. Votre zone de confort englobe vos amis (ce que vous voyez tout le temps), les endroits où vous avez l’habitude de sortir, votre routine journalière (faire systématiquement la même chose tous les matins en se levant, le soir en se couchant), vos habitudes alimentaires etc. Vous avez compris le principe. L’idée, c’est de sortir juste un peu de ce que vous faites d’habitude. Pour changer sa nutrition, ça sera par exemple de commencer à changer juste le petit déjeuner. Pour la confiance en soi en amour, on va juste faire un peu plus que d’habitude, cette zone entre le confortable et l’inconfortable, là où il va vraiment se passer des choses magiques. Parler à cette fille à qui vous n’aurez pas parlé en temps normal, organiser une sortie dans un parc avec des personnes que vous avez rencontré récemment (dont des filles, évidemment !), prendre le numéro de cette fille à qui vous avez déjà un peu parlé et avec qui vous aimeriez exploiter un filon. Vous pouvez tout faire, je vous invite à vraiment vous concentrer à cette première action que vous pouvez faire pour vous sortir de vos habitudes, de votre zone de confort. En effet, pour avoir des résultats différents, il faut commencer par faire des choses différentes !
  • Allez-y petit pas après petit pas : adoptez cette approche qui consiste à vous entraîner avec des pas de bébé. Lorsqu’un enfant apprend à marcher, il se lève, fait 2 pas, s’éclate par terre, se relève, fait 3 pas, s’éclate par terre, se relève, fait 4 pas… C’est exactement cela la clé de votre réussite : faire ne serait-ce qu’un petit pas l’un après l’autre. Comme disent les chinois, c’est le premier pas qui nous emmène jusqu’au bout du monde. C’est le premier pas qui vous fait monter la tour Eiffel, et avec tous ces petits pas mis bout-à-bout, on arrive en haut de la tour Eiffel. C’est pareil dans tout, alors usez et abusez de cette technique, c’est testé et approuvé dans de nombreux domaines.
  • Commencez avant d’être bon : on a souvent tendance à vouloir faire quelque chose uniquement lorsqu’on gère déjà la chose, qu’on est bon dans le domaine. J’ai un scoop pour vous : si vous attendez d’être parfait pour faire quelque chose, vous n’êtes pas sorti de l’auberge ! Si un guitariste se disait ça, il ne progresserait jamais. On ne peut pas se dire « Je vais apprendre à jouer un morceau parfaitement direct ». Évidemment, on commence avant de savoir jouer, on teste, on apprend, on se plante, et peu à peu ça commence à rendre quelque chose de potable, jusqu’à ce que cela devienne vraiment bon. En séduction avec les femmes, c’est exactement la même chose. On y connaît rien au début (plus ou moins selon les hommes) et on tente quand même. On aborde telle fille en soirée avec une phrase contextuelle. Ce n’est pas très pertinent ? On se plante, et alors ? C’est marrant, ça vous fera une histoire à raconter. Il est clair que sur le coup, ce n’est pas cool et ça fait mal à l’égo. Vous savez quoi ? Mettez votre égo de côté et passez à l’action. Vous aurez dans tous les cas des échecs, sauf que cette pratique va vous permettre de devenir bon. Même si vous vous faite refouler maintes fois, encore et encore, au final qu’est-ce que ça peut faire ? Ce n’est pas bien grave, on est d’accord, il n’y a pas mort d’homme.

Pour faire une synthèse de ces trois conseils, commencez à faire des petits pas inconfortables pour vous avant d’être bon dans le domaine.

Et là c’est parti !

Confiance en soi en amour : ce qu’il faut retenir

Pour conclure, vous l’aurez compris, avoir confiance en soi en amour est principalement un gros travail sur soi. Ça commence non pas par de la séduction à proprement parler comme on pourrait le penser, mais par l’état d’esprit qui va avec. Cela consiste déjà par arrêter de se victimiser, cesser de se focaliser sur tout ce qui est négatif (parce que l’on attire ce sur quoi on se focalise, cela se vérifie au quotidien) et prendre conscience de toute la valeur que vous avez, ainsi que de ce potentiel inexploité qui ne demande qu’à être révélé.

Une fois que vous avez l’état d’esprit, il ne vous reste plus qu’à pratiquer, vous entraîner sur le terrain, en mettant en avant vos forces et en faisant des actions qui vous sortent de votre zone de confort (pas trop fort d’un coup), juste un pas après l’autre.

Je pense qu’avec ça, vous avez toutes les clés en main, alors c’est à vous de jouer !

Quelle est la première action que vous allez mettre en place pour aller un pas de plus vers la confiance en vous en amour ? Faites-le moi savoir dans les commentaires ?

A lire aussi

Pourquoi dit-on que les femmes sont vénales ?

administrateur

Pourquoi se rendre dans un Spa Jacuzzi Naturiste à Paris ?

administrateur

Oublier son ex en couchant avec un autre : Bonne idée ?

administrateur

Comment trouver une femme célibataire ?

administrateur

Comment rendre jalouse mon ex copine ?

administrateur

Faut-il coucher le premier soir ?

administrateur